Happy-success

la solitude

1 month ago
by Admin

La solitude :

Free Woman Sitting on Wooden Planks Stock Photo

La solitude est avant tout un problème psychologique qui affecte à la fois le bien-être interne et, après coup, le bien-être externe. La solitude est une expérience subjective. Ce n'est pas aussi réel que la peur elle-même est réelle - le sentiment de ce sentiment.

Dans les temps anciens, il était plus difficile pour une personne seule de survivre, donc l'expulsion de la "meute" était pire que la peine de mort.

Dans le monde moderne, en plus de la solitude, en tant que retrait de la société, la solitude psychologique a également été ajoutée - l'aliénation psychologique, donc l'isolement de la société n'est pas la solitude, mais seulement un facteur contribuant à son apparition.

Approches psychologiques de l'étude de la solitude :

1) Approche psychanalytique.  état négatif, dont les racines viennent de l'enfance.

Raisons d'une telle solitude à l'âge adulte (Sielburg):

1. Narcissisme.

2. La folie des grandeurs.

3. Hostilité.

4. Sentiment de propre omnipotence.

D'où poussent les jambes?

1. Si dans l'enfance l'enfant a eu le choc de se rendre compte qu'il est sans défense et que la satisfaction de ses besoins dépend des autres.

2. Dès l'enfance, le besoin de contact avec les autres à l'adolescence se transforme en besoin d'amitié. S'il n'est pas réalisé, il peut causer la solitude à l'avenir.

3. Si l'enfant, pour une raison ou une autre, est prématurément privé de l'affection maternelle dont il a besoin.

2) Approche centrée sur la personne.  Ce qui se passe maintenant : mauvaise adaptabilité à la vie.

Motifs (K. Rogers) :

Ignorance de soi, incompréhension de son propre "je"

D'où poussent les jambes?

Fondements et cadres sociaux qui obligent une personne à se soumettre et à se conformer, ce qui limite la liberté et donne lieu à des contradictions internes entre son propre "je" et la manifestation forcée de ce "je" dans la société. Le sens de l'existence est perdu.

3) Approche socio-psychologique. La raison principale de la solitude est l'orientation vers les autres. 

Où "les jambes poussent" (Bowman):

1. Le désir de plaire à tout le monde.

2. L'adaptabilité constante d'une personne aux circonstances extérieures - la dissolution de soi en elles.

3. Dépendance à l'égard des autres. Un tel besoin ne pourra jamais être satisfait.

4) Approche interactionniste (Weiss).  La solitude est le résultat de l'influence de l'individu et de la situation.

Cause :

1. Manque d'interaction humaine avec la société.

2. Insatisfaction face aux besoins sociaux.

Selon Weiss, il existe 2 types de solitude :

Émotionnel  («anxiété d'un enfant abandonné») - manque d'amour, chaleur conjugale, affection intime.

Social   - manque d'amitiés.

5) Les psychologues existentiels ne   considèrent pas le sentiment de solitude comme pathologique, et ses causes sont les conditions de l'existence humaine :

1. N'acceptant pas sa solitude, son isolement, une personne considère le monde comme la cause de ses malheurs, elle n'est donc pas capable de se tourner vers les autres avec amour - cela se traduit par un cercle vicieux - le monde répond en nature.

2. Vivre la solitude comme quelque chose de terrible, vouloir s'en débarrasser au plus vite, une personne s'éloigne encore plus de tout le monde et tire souvent les autres vers le bas pour ne pas se noyer. Les gens deviennent pour lui un moyen (fusion, pouvoir, grandeur) de nier l'isolement et de cesser d'être des individus, ce qui exacerbe encore la solitude entre les gens.

À mon avis, la classification la plus intéressante et la plus compréhensible des types de solitude de Sadler est le monde personnel d'une personne, dans le cadre duquel il réalise ses capacités:

 1. Solitude existentielle ou cosmique :

En s'efforçant d'atteindre son véritable "moi" intérieur, une personne commence à s'aliéner, puisque le développement de tous les autres côtés du "moi" en plus du côté intérieur est annulé. L'équilibre nécessaire est perdu.

2. La solitude culturelle :

Une rupture avec les valeurs obsolètes du patrimoine culturel, qui a longtemps été un élément essentiel de la vie humaine.

3. Solitude sociale :

Rejet par la société, rejet, exil par le groupe - "un étranger parmi les siens". Le sentiment qu'ils ont été repoussés, non appréciés, exclus, qui se manifeste souvent lorsqu'il n'y a pas de rôles sociaux établis, son propre rôle dans la société est incompréhensible.

4. Solitude interpersonnelle.

Incompréhension, rejet, rejet associé à une personne précise qui compte dans la vie.

La présence des quatre types de sentiments de solitude est le signe d'un trouble de la personnalité - l'anomie . Les caractéristiques communes de ce trouble sont les suivantes :

1. Rejet de soi - "Je suis mauvais."

2. Non-acceptation des autres - "Tout le monde est mauvais."

3. J'ai besoin d'un contrôle externe - "Résoudre mon problème."

4. "Je ne suis pas comme ça - tel est le destin."

5. Sentiment de vivre dans le vide - "Je ne sais pas quoi faire, où courir, vers qui me tourner."

Pour ces personnes, la vie n'a pas de valeur, des tentatives de suicide sont donc possibles. L'incapacité à gérer la solitude par soi-même.

Besoin d'aide d'un expert !

Dans tous les autres cas, une personne peut faire face à la solitude par elle-même.

Il n'y a guère de personne qui, du moins parfois, n'ait pas connu un état de solitude. Tout au long de la vie, nous perdons des amis, des êtres chers, des êtres chers.

Avantages d'être seul :

1. Nous avons plus de possibilités de choisir notre métier et de poursuivre nos rêves.

2. La solitude peut être une pause, un repos, une impulsion pour repenser la vie et commencer une nouvelle recherche d'amis, de relations, de soi-même. 

3. La solitude vous apprend à accepter la vie et les autres tels qu'ils sont, et donc vous-même, ce qui contribue à des changements personnels, ce qui signifie changer de vie. La solitude cesse d'être solitude.

Inconvénients d'être seul :

1. La solitude - provoque une sensation aiguë de douleur - une rupture entre les relations réelles avec le monde et le monde intérieur.

2. Elle est perçue comme une maladie non désirée et encourage une personne à "précipiter" la recherche de moyens pour éliminer ce sentiment, qui dépense l'énergie et la force nécessaires pour résoudre plus rationnellement ce problème.

3. Provoque des expériences affectives, inhibitrices et injustifiées :

- désespoir (panique, vulnérabilité, impuissance, isolement, apitoiement sur soi),

- l'ennui (impatience, envie de tout changer, raideur, irritabilité),

- l'abaissement de soi (sentiment de son propre manque d'attrait, stupidité, dévalorisation, timidité).

La solitude douloureuse a tendance à se manifester dans le message : "Je ne peux rien faire. Je suis plus malheureux que les autres. Quelqu'un m'aime. Aide-moi. Caresser moi, dis quelque chose de bien."

E. Erickson a appelé le désir pathologique d'une telle communication "le phénomène d'un moratoire mental". 

La chose la plus dangereuse dans ce phénomène est qu'une personne forme des attitudes négatives en elle-même, qui commencent à influencer inconsciemment le comportement = qualité de vie: "Je veux cesser d'être, devenir rien" - un désir subconscient de mourir. 

Dans les réactions, cet état  (solitude passive)  s'exprime ainsi :

Pleurer. Il y a. Dors, ne fais rien. Distrayez-vous en regardant la télévision, Internet. Enivrez-vous et oubliez. S'allonger et fantasmer... - Tout cela vous attire encore plus dans la solitude, détruit votre individualité. 

Comment ça se manifeste :

 1. Une personne retourne à l'enfance (infantilisme), parce que. les enfants sont aimés, caressés, touchés par eux. Un adulte, en revanche, cherche inconsciemment à éviter de grandir.

2. Attendre constamment quelque chose : quelque chose se produira tout seul et la vie changera radicalement.

3. Hostile aux autres, aux rôles généralement reconnus de femme/homme. Exprime du mépris pour ce monde - tout le monde autour n'est "pas comme ça" !

4. Mépris de soi - Je ne suis "pas comme ça" !

5. Expression d'insatisfaction avec tout ce où "je ne suis pas", mépris pour tout ce qui est étranger, national.

Traits de personnalité qui contribuent à la solitude.  Ce qui vaut la peine d'être travaillé en termes d'auto-développement : 

1. Peur, intolérance à la solitude.

2. Faible estime de soi. Détestation de soi, mépris de soi.

3.  Dépendance aux opinions des autres.  S'efforcer de plaire à tout le monde. Peur du ridicule et de la condamnation. Peur de toute critique.

4. Incapacité à communiquer avec les gens. N'aime pas les gens. Une tendance à être soumis ou hostile. 

5. Méfiance envers les gens. Trop de suspicion. Malveillance. Incapacité à contenir la colère.

6. Incapacité à s'ouvrir, à être sincère dans ses sentiments, ses désirs.

7. Sélection systématique des "mauvais" partenaires.

8. Peur d'être rejeté.

9. Asservissement sexuel. Méfiance envers un partenaire.

10. Manque d'initiative. Incertitude dans vos désirs.

11. Exigences irréalistes de la vie - tout ou rien.

Comment se débarrasser de la solitude : 

1. Ou apprendre à accepter ce sentiment et à le gérer, en passant à d'autres choses significatives, par exemple, trouver une activité intéressante, un passe-temps, un passe-temps, se diriger vers le travail.

2. Ou apprenez à nouer des relations avec les gens d'une nouvelle manière, afin de ne pas ressentir votre solitude, de trouver de nouveaux amis et un partenaire de vie.

 1. Changer la solitude passive en active : écrire quelque chose, en quelque sorte, quelque part - aide à mieux se comprendre et à voir tout ce qui se passe sous un angle différent. Réoriente le désir d'évasion, de retraite, vers le désir d'agir.

Faites ce que vous avez longtemps voulu faire.

Emmenez-vous au cinéma, au magasin, au terrain de sport... n'importe où. Cela ne nécessite pas nécessairement une entreprise.

 2. Vous ne devez pas essayer immédiatement d'échapper à la solitude, mais vous devez réfléchir et élaborer un plan pour surmonter la solitude. En clair, étape par étape pour la mettre en œuvre, en cochant chaque étape franchie. Vous pouvez même vous récompenser avec une friandise savoureuse ou un nouvel achat sympa.

3. Rappelez-vous et écrivez une liste de vos bonnes qualités, en ajoutant à chaque qualité ce qu'elle peut donner pour surmonter la solitude. (Ne pas ignorer - bonne pratique)

4. Rappelez-vous et écrivez ces bonnes relations avec les autres que vous avez en ce moment. Peu importe leur proximité, leur présence même est importante, car elle indique que vous pouvez bien vous entendre avec les autres.

5. Souvenez-vous des activités que vous avez aimées, de ce que vous avez toujours réussi à faire et essayez de vous y intéresser de nouveau.

6. Trouvez le bien dans la solitude, quelque chose pour lequel vous pouvez le remercier pour ce qu'il vous a appris. Pour le fait que vous comprenez maintenant quelles nouvelles qualités personnelles vous souhaitez acquérir. Pour savoir ce que vous allez maintenant rechercher en termes de développement personnel.

7. Comprendre et accepter que la plupart des gens vivent la solitude à un moment ou à un autre de leur vie. Beaucoup sortent de cet état - pourquoi êtes-vous pire ? La solitude n'est pas éternelle, si vous prenez des mesures concrètes - éloignez-vous d'elle. 

 8. Devenez plus amical envers les gens et le monde. Ne recentrez pas votre attention sur les phénomènes négatifs de la vie, mais sur la recherche du bien qui s'y trouve. Cherchez des moyens de vous connecter avec les gens. Il est préférable de commencer par la communication des intérêts - cela améliore la compréhension mutuelle et donne confiance en soi.

9. Donnez aux autres ce que vous aimeriez avoir de vous-même : attention, bienveillance, convivialité, amour...